Publié par Laisser un commentaire

Sois prêt(e) à choisir l’alternance que TU veux

FOCUS SUR L'ALTERNANCE EN ENTREPRISE EN 2021

Plutôt que d’attendre de finir l’ensemble de sa formation théorique avant d’investir le monde de l’emploi, il a été créé un système « il y a fort longtemps » permettant d’allier à la fois une formation théorique et une formation pratique (en entreprise). En effet (et malheureusement) le chômage est une réalité qu’on ne peut pas nier en France et il ne semble malheureusement pas s’agir d’une anomalie, mais bien d’un problème plus systémique. L’alternance a donc été créé principalement pour pallier à ce manque de compétences dans le parcours de l’étudiant et lui permettre ainsi que compenser un fossé qui pourrait exister entre ce qu’il a appris et ce qui s’applique effectivement sur le terrain. L’objectif étant d’éviter de perdre du temps à la sortie d’un cursus au risque de se retrouver au chômage pour un temps indéterminé. L’alternance se trouve donc être une très bonne alternative. On verra ensemble dans cet article :

I. QU’EST-CE QUE C'EST QUE L'ALTERNANCE CONCRÈTEMENT ?

Comme mentionné en préambule l’alternance est une passerelle consistant à allier en même temps une formation théorique et pratique. Tu vas donc concrètement être à la fois à l’école et à la fois en entreprise avec des durées qui varient en fonction de ce que tu auras choisi. Il s’agit d’une relation « tripartite » où les 3 acteurs sont toi, ton école, ta nouvelle entreprise.

Dans beaucoup de cas, il existe déjà une sorte de partenariat entre l’école et l’entreprise avant que tu arrives, pour justement faciliter l’admission des étudiants au sein de cette entreprise. Les conditions d’entrée dans ladite entreprise peut bien évidemment être conditionné à l’obtention par exemple d’un certains niveau académique ou encore la réalisation d’un projet par exemple. Il est à noter qu’il existe désormais deux types d’alternance à proprement parler :

  • Le contrat de professionnalisation
  • Le contrat d’apprentissage

Et en fonction de ce que tu choisiras, tu auras certaines spécifiées qui diffèrent.

CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

L’objectif de ce contrat et de te permettre d’exercer un métier, d’acquérir un savoir-faire qui pourra être l’objet d’une qualification professionnelle par la suite.

CONTRAT D’APPRENTISSAGE

Le contrat d’apprentissage quant à lui te permettra d’acquérir un diplôme en bout de chaine et il s’agit là d’une différence majeure par rapport au contrat de professionnalisation.

II. QUI EST-CE QUE CA CONCERNE ?

Comme l’indique le site [travail-emploi.gouv.fr] l’alternance va principalement concerner les jeunes et il y aura des particularités en fonction du contrat que tu auras choisi.

CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION SI :
  • Si tu as entre 16 et 25 ans sans condition
  • Si plus de 26 ans ET au Pôle Emploi
  • Si tu bénéficies d’une aide (RSA, ASS, AAH)
CONTRAT D’APPRENTISSAGE SI :
  • Si tu as entre 16 et 29 ans
  • Si tu as plus de 30 ans ET que tu es :
    • Reconnu travailleur handicapé
    • En train de créer une entreprise et que tu as besoin de ce diplôme

Déjà, en fonction de ta situation tu pourras t’orienter vers l’un ou l’autre des programmes. Ensuite qu’est-ce que tu veux faire ? Du Luxe ? Du paramédical ? De l’ingénierie ? L’alternance, ça concerne un peu tout le monde et notamment un peu tous les secteurs. Alors bien sûr il y aura des secteurs qui recruteront plus que d’autres notamment en alternance, mais pour que tu sois rassuré presque tous les secteurs profitent de ce programme qu’est l’alternance.

Liste non exhaustive : Agriculture, Agroalimentaire, Artisanat, Banque, Hôtellerie, Transport, Télécoms, Industrie, Distribution …

Sache aussi une chose, c’est qu’en rejoignant une entreprise en alternance tu lui fais du bien !  Eh oui ! Le gouvernent aide les entreprises à financer le recrutement d’un apprenti/alternant jusqu’à 8000€. Un point positif pour toi donc.

III. COMMENT POSTULER A UNE ALTERNANCE ?

Concrètement, et sans revenir sur la partie liée au CV, LM et entretien que tu pourras retrouver au sein de nos formations, tu vas devoir postuler en parallèle à une école, mais aussi à une entreprise en même temps. Lorsque tu auras décidé du secteur que tu vas viser, du poste plus précisément que tu souhaites occupé, alors dans ce cas il va falloir que tu observes :

  • Quelles écoles sont en adéquation avec ce que tu recherches professionnellement ?
  • Quelles entreprises peuvent te permettre d’accéder à ce type de poste ?
Quelles écoles sont en adéquation avec ce que tu recherches professionnellement ?
Quelles entreprises peuvent te permettre d’accéder à ce type de poste ?

Une fois que tu as déjà préparé tes filtres sur ces deux critères, il est temps de postuler ! Envoi de CV, de lettres de motivation, entretien bref le parcours classique, mais en mode X2 parce que tu auras à le faire au sein de l’école, mais aussi vers les entreprises que tu vises. L’idéal évidemment ce serait d’avoir l’entreprise AVANT même de candidater au sein de ta prochaine école. Certaines entreprises n’auront effectivement aucun mal à te faire une offre d’emploi sous conditions que valide tel ou tel diplôme.

IV. LA BONNE PÉRIODE POUR POSTULER A UNE ALTERNANCE !

Plus tôt mieux c’est ! La rentrée se déroule depuis maintenant un bon paquet d’années au septembre et c’est aussi à cette période que commencent généralement les alternances ! Tu t’imagines bien que ce début en septembre se préparer un minimum … et pour certains un maximum. Effectivement, en fonction du poste que tu décides d’intégrer tu vas devoir t’y prendre plus ou moins tôt. Admettons par exemple que tu souhaites candidater à un grand groupe industriel relativement automatisé dans ce process et qui a l’habitude de finaliser ses processus de recrutement avant l’été. Alors dans ce cas il y a de fortes chances pour que la concurrence soit rude et que les recrutements commencent dès le début de l’année courant janvier.

Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt coco !
Moi-même remasterisé
Founder of Postule Pour Me

Il te reste quelques semaines d’ici à 2021. Décide maintenant de ce que tu désires faire pour ton alternance et commencent dés maintenant à préparer ta rentrée. Pour t’aider, voici une feuille de route pour t’aiguiller sur ce que tu peux faire dés maintenant pour augmenter tes chances de décrocher l’alternance que veux et pas celle que tu auras obtenue par défaut. Plus tard tu t’y prendras moins l’offre d’alternance sera conséquente. Pour résumer, tu te retrouveras avec ce qu’il reste ! Et ce n’est surement pas ce que tu veux.

V. TÉMOIGNAGES D'ANCIENS ALTERNANTS

Tu trouveras sur le site de l’étudiant 4 témoignages d’anciens alternants qui semblent avoir apprécié ce parcours. Voici quelques extraits de leurs propos :

La programmation et le Web design sont des secteurs qui évoluent très rapidement. C'est donc indispensable d'être sur le terrain. Si on se montre motivé, on est amené à s'investir de plus en plus dans des missions, ce qui est très valorisant. Les cours sont indispensables, mais rien de mieux que d'être vraiment face à un client et de devoir lui proposer des solutions techniques ne précise. Avoir un pied dans une agence permet aussi de se constituer un carnet d'adresses. C'est très important dans un milieu comme celui du multimédia.
Arnaud
Concepteur et réalisateur multimédia
Auparavant, j'avais effectué des stages en entreprise. Mais être apprenti, c'est complètement différent. On change de statut ; on a en charge des tâches à la hauteur de ses attentes que l'on assume avec une grande autonomie. Mon école a organisé un cursus qui permet vraiment de mener de front enseignement et apprentissage. Trouver une entreprise, en revanche, a été difficile. Certaines préfèrent prendre des stagiaires, d'autres me proposaient des missions qui ne convenaient pas à mon projet professionnel. Or, bien choisir son employeur est essentiel pour vivre pleinement son apprentissage. C'est une expérience que je recommande à tout le monde.
Julien
Secteur du Luxe
Pour moi, le choix de l'alternance s'est imposé, car je voulais rester en contact avec le monde professionnel et ne pas perdre mes premiers acquis. Être en apprentissage permet de mettre immédiatement en pratique ce que l'on apprend à l'université. Cela donne du sens aux connaissances théoriques que l'on acquiert. De plus, on apprend énormément au contact des professionnels.
Delphine
Ressources humaines
Comme j'avais une grande envie de découvrir le monde professionnel, j'ai choisi cette option. On peut confronter ce qu'on apprend à la réalité en entreprise et on aborde les cours d'une manière complètement différente. Comme on commence à avoir un petit vécu professionnel, ce n'est plus une écoute passive, mais l'occasion d'échanger et de partager avec l'enseignant. On devient vraiment acteur de sa formation
Damien
Ressources humaines

Tu l’auras compris, en faisant le choix d’une alternance tu fais aussi le choix d’un parcours beaucoup plus pratique que ce que tu obtiendrais avec un parcours initial classique. Si tu te trouves dans l’une des situations qui rend possible l’alternance, n’hésite pas à te poser quelques minutes pour savoir si c’est quelque chose qui pourrait favoriser ou non ton parcours. Tu comprendras aisément qu’une personne qui cherche à faire de la recherche théorique en physique par exemple n’aura pas forcément besoin de passer par de l’alternance. Si néanmoins ça te tente prends bien le temps de préparer tes candidatures dès maintenant pour 2021 histoire d’être sûre de surpasser la concurrence ! L’alternance est assez sélective et la plupart des grandes enseignes feront leur choix premier trimestre 2021.

Tu veux te préparer dès maintenant ?

Rendez-vous ici pour faire décoller tes candidatures.

Publié par Laisser un commentaire

Réseaux sociaux et recrutement … Quel rapport ?

RÉSEAUX SOCIAUX ET RECRUTEMENT ? QUEL RAPPORT ?

Les réseaux sociaux dans leur globalité, qu’il s’agisse de Facebook, Twitter, Instagram et plus particulièrement LinkedIn pour les professionnels, prennent une place de plus en plus importante aujourd’hui. Ce n’est donc pas étonnant d’apprendre que les entreprises souhaitant recruter de nouvelles recrues aillent regarder sur ces plateformes la personne que vous êtes, ne serait que pour rassembler des informations qu’elles ne seraient pas à même d’obtenir pendant les entretiens.

Dans le milieu professionnel, les réseaux sociaux ne sont pas (plus) qu’un endroit où poster des photos et partager des moments marrants entre amis. Ils servent désormais en partie aux chasseurs de têtes à l’affût de nouveaux candidats en adéquation avec leurs propres filtres. On pense par exemple à LinkedIn qui reste la plateforme préférée des chasseurs de têtes par son aspect professionnel en premier lieu.

Selon une enquête menée par CareerBuilder, 70% des entreprises interrogées utilisent les réseaux sociaux pour avoir pendant le processus de recrutement, ne serait-ce qu’un aperçu de la personne que vous êtes en dehors de l’entreprise. En comparaison, 43% des personnes interrogées utilisent les réseaux pour regarder ce que font leurs collègues au quotidien.

Puisque l’on sait désormais que les entreprises utilisent les réseaux, autant mettre toutes les chances de ton côté en optimisant au mieux tes profils sur chacune des plateformes. Cet article abordera quelques faits majeurs à connaitre pour comprendre comment les entreprises analysent les profils pour leurs prochaines nouvelles recrues, l’objectif étant généralement d’être sûr que la personne que rejoindra ladite entreprise est en adéquation avec un état d’esprit « business ».

« Parce que les gens ont tendance a considéré leurs réseaux sociaux comme étant « personnel », il y a de grandes chances pour entrevoir la personnalité du candidat qui se cache derrière le CV en observant simplement ses profils » DeeAnn Sims, fondateur de Dark Horse PR.

Step #1 : Fais un audit de tes comptes et donne-toi plus de chances !

Avant de commencer tes candidatures, il est temps de faire un tour sur tes réseaux et de voir ce qui va et surtout ce qui ne va pas ! Qu’est-ce que tu ne voudrais pas que ton futur employeur voit ? Qu’est-ce que tu voudrais mettre avant ? Comment voudrais-tu paraitre aux yeux de ta prochaine équipe ? Tu dois garder en tête que les recruteurs peuvent regarder tes profils, et s’ils le peuvent ils le feront. Commence en priorité par LinkedIn qui reste la plateforme sociale préférée des professionnels.

D’ailleurs par ordre d’importance, les recruteurs auront tendance à « checker » d’abord LinkedIn, puis Twitter et enfin Facebook. Beaucoup d’entreprises choisissent d’ailleurs aujourd’hui de faire le choix du profil LinkedIn plutôt que le CV même si des différences subsistent comme le mentionne cette étude Randstad. Plus complet, plus détaillé et au final plus joli (pour peu qu’on y mette du sien), ton profil LinkedIn deviendra avec les années ton outil de référence pour tes futures candidatures. Il doit donc être d’une part professionnel et dans un second temps optimisé au maximum.

Step #2 : Ton profil LinkedIn : une importance redoutable !

Approximativement tous les recruteurs diront la même chose. S’ils ne sont pas capables de trouver ton profil en ligne, tu auras moins de chance d’être appelé en entretien. C’est d’autant plus vrai si tu vises des secteurs où la norme veut que tu aies un profil LinkedIn. C’est alors un problème concret pour les personnes qui ne sont pas présentes numériquement sur internet ou qui peine à utiliser ces outils devenus désormais indispensables. Leurs chances sont effectivement revues à la baisse. Parallèlement à ça, si tu arrive à te créer un vrai profil et à sortir du lot alors dans ce cas, tes chances viennent quant à elles de grimper exponentiellement. Cela facilite dans la plupart du temps le travail des départements RH. Apprends comment optimiser au mieux ton profil LinkedIn ICI !

Step #3 : Une présence pour confirmer tes informations

Les entreprises ne se contentent plus désormais de vérifier les informations du candidat via des appels téléphoniques ou encore des tests de personnalité. Elles utilisent maintenant les réseaux sociaux pour ça ! T’es une personne relativement active sur les réseaux et sur tout CV tu dis que tu as travaillé 6 mois dans une ONG sans qu’une seule photo ou un seul commentaire puisse le prouver … Il y a de quoi se poser des questions non ? Les informations qui d’usage étaient privées sont désormais (pour la majeure partie) publique à qui veut bien passer un peu de temps sur la toile !

Dans l’idéal donc, et pour éviter tout malentendu, il vaudrait mieux que ton profil « match » avec ton CV afin de ne laisser planer aucun doute. Il faut que tu sois en mesure de rassurer le plus possible le recruteur sur les arguments que tu avances dans ton CV. Tu dis par exemple que tu aimes le challenge ? Très bien, dans ce cas je devrais pouvoir facilement retrouver cet aspect de ta personnalité au travers d’un sport par exemple.

Step #4 : Ton « online persona », la clé du ton succès futur !

Au-delà du simple fait de rechercher des informations sur toi, les entreprises tentent désormais de cibler ta personnalité et surtout vérifier si tu es « business compliant or not ». Est-ce que tu as un comportement professionnel de manière générale ? Avec les nouvelles politiques de réputation imposées par les entreprises, il est de plus en plus difficile pour ces dernières de tolérer des écarts. Que ce soit avant le recrutement ou pendant ton exercice au sein de l’entreprise en question, ton comportement doit refléter les valeurs de l’entreprise. Pratique commune dans les pays anglo-saxons, les entreprises sont dorénavant parfaitement en droit de se séparer d’un employé devenu trop gênant « socialement » comme le témoigne l’histoire de cet ex-employé de Prudential, une compagnie américaine, licencié pour avoir publiquement  dit sur Instagram « Retourne à Wuhan » à une star des réseaux sociaux coréenne. Même si on est en droit de se dire que les réseaux sociaux ne devraient en rien interférer avec le monde professionnel, dans les faits ce n’est pas ce qui est vérifié !

Step #5 : Réfléchis avant de partager !

Une fois que tu publies quelque chose sur internet, c’est public. Bon courage à toi si tu changes d’avis et que tu te rétractes. Internet est sans pitié. Tous ce que tu fais et ce que tu as fait sur internet et identifiable et une personne malintentionnée pourra mettre la main dessus avec un peu de motivation.

À l’inverse, si tu souhaites ajouter de l’information pertinente qu’elle soit d’ordre professionnel (sur linkedIn par exemple) ou privé alors dans ce cas là n’hésite pas ! Les entreprises proposent d’ailleurs désormais des formations complète sur la gestion des réseaux sociaux dans la vie de tous les jours ne serait-ce que pour s’assurer que les employés restent raisonnables et ne mettent pas en péril la réputation de l’entreprise en question. Dans le secteur bancaire par exemple, où la réputation est une question existentielle, les grandes banques d’investissement refusent de voir leur nom associé à un fait divers lié à un de leurs employés.

Step #6 : Egalité des chances dans le processus de recrutement

A notre époque qui est celle des réseaux sociaux, des partages, des likes et autres …  Il est sûr que ne pas avoir de présence numérique pose problème. Pourtant beaucoup sont ceux qui ne peuvent se le permettre ou qui n’ont pas accès à suffisamment d’informations/moyens pour créer une vraie présence sociale sur internet. Ça soulève dès lors la question de l’égalité des chances surtout quand on sait que pour beaucoup de secteurs, si un candidat n’est pas présent numériquement, il a drastiquement moins de chances d’être appelé en entretien.

Au bout du compte : un vrai plus. Selon une étude menée par le business new daily, 65% des entreprises qui utilisent les réseaux le font, non pas pour trouver des raisons de ne pas prendre ledit candidat, mais au contraire pour trouver des arguments en faveur de sa candidature. L’idée pour ces derniers est simplement d’ajouter une dernière étape qui les conforterait dans leur choix de TE recruter ! 40% des managers rapportent qu’ils trouvent généralement des informations qui peuvent être utiles et qui appuient les dires du candidat en question.

Conclusion

Que tu les aimes ou pas, les réseaux sociaux font désormais partie de la sphère professionnelle. Cela signifie qu’une plus grande attention doit être portée aux contenus que tu décides de partager, d’aimer, de commenter, etc. Facebook et LinkedIn font partie des réseaux de prédilections des recruteurs, car ils permettent simplement et plutôt rapidement de faire le tour de ton profil et ta personnalité. L’idée pour eux est d’avoir des informations plus personnelles sur toi pour appuyer, dans la majeure partie des cas, ta candidature auprès des opérationnels qui seront à même de rendre une décision finale.  Que tu sois en train de postuler ou que tu commences à peine, il est temps de te plonger dans tes réseaux pour t’assurer que rien de compromettant ne puisse mettre ta candidature en péril. À toi de jouer !

Publié par Laisser un commentaire

COVID et emploi … Comment ça se passe à l’international ?

COVID-19 ET EMPLOI ... COMMENT CA SE PASSE A L'INTERNATIONAL ?

COVID-19 : LA PIRE CRISE APRÈS LA SECONDE GUERRE ?

Comme beaucoup le savent désormais, le coronavirus est une maladie virale qui peut entrainer de sévères lésions dans les poumons humains. Les symptômes généralement constatés sont : la fièvre, la toux ainsi que de problèmes respiratoires. Ici pas de discrimination, le virus touche toutes les tranches d’âges, de catégorie sociale ou encore de couleur de peau. Malheureusement, avant le 31 décembre 2019 personne ne s’attendait à ce que cette maladie, originaire du Wuhan en Chine, devienne l’un des fléaux les plus graves qu’aller connaitre le monde sur un plan sanitaire. Bien que le monde se soit adapté tant socialement qu’économiquement, il n’en reste pas moins que la crise du COVID-19 est toujours à l’œuvre et source d’une angoisse au sein de la plupart des institutions.

Les médecins, infirmières, et plus généralement le corps médical dans son ensemble fait de son mieux pour endiguer cette crise le plus tôt et le plus intelligemment possible. C’est pour cette raison qu’on voit aujourd’hui une course au vaccin menée par les Big Pharma mondiales aux US, en Chine, en Angleterre et même en Allemagne, avec des noms sur le devant de la seine comme Pfizer, Moderna, J&J, Sinovac … L’objectif principal étant de trouver un remède à un ennemi invisible.

Malgré tous ces efforts, la crise du COVID-19 se caractérise aujourd’hui par une chute drastique de l’économie mondiale comme le montre le graphique ce graphique :

  • CAC40 : indice boursier français
  • SPX500 : indice boursier américain
  • NIKKEI 225 : indice boursier japonais

Selon le rapport de l’Organisation mondiale du Travail (ILO), près de 2.7 milliards de travailleurs ont été affectés, d’une façon ou d’une autre, par la crise du COVID-19. Ce qui représente près de 81% de la population mondiale de travailleurs. Aux États-Unis, plus de 30 millions de personnes ont perdu leur emploi et pas moins de 1,7 million au Japon par exemple. L’Oxfam a d’ailleurs demandé aux gouvernements de pays développé de suspendre le paiement des emprunts d’État pour les pays les plus vulnérables et les plus durement touchés par la crise.

UNE CRISE DE L’EMPLOI DEVENUE MONDIALE

Toutes ou presque toutes les grandes économies mondiales se sont vu imposer un confinement plus ou moins drastique selon les cas.  Néanmoins, tout le monde n’a pas été affecté de la même manière. La plupart de ceux qui peuvent travailler de la maison et ne nécessitant pas d’interaction physique (fournisseurs, clients …) ont pu conserver leur emploi et donc leur salaire. À l’inverse, ceux dont les emplois sont en liens direct avec le public comme la restauration, les magasins, les transports publics, les aéroports ont été les principales victimes de cette crise sanitaire mondiale.

Le secteur médical incluant médecins, infirmières … croulent désormais sous l’afflux de nouveaux patients dans les hôpitaux en mettant parfois en péril leur propre sécurité, voir leur vie : « Covid-19 : le décompte des médecins libéraux décédés a commencé »

Cette diminution de l’offre d’emploi s’accompagne en parallèle d’une diminution des heures travaillées dans beaucoup de secteurs. L’Organisation mondiale du Travail estime d’abord qu’au niveau mondial cette baisse serait de 6.7% avant juillet 2020, soit un équivalent de 195 millions de personnes à temps plein en moins. La baisse des heures travaillées a bien évidemment été constatée dans les secteurs les plus à risque, c’est-à-dire :

  • la restauration
  • le commerce
  • ou encore l’hôtellerie par exemple.

L’ensemble des cette situation augmente le risque de précarité pour bon nombre de travailleurs ne trouvant pas d’autre alternative face à une offre d’emploi réduite drastiquement. Il n’y a pas vraiment une économie, un pays qui a été épargné par cette pandémie ou ses effets. Les conséquences se font et se feront sentir dans les prochains mois par pays en fonction de l’attitude et des mesures qu’auront pris les économies vis-à-vis de cette crise devenue l’une des plus importantes depuis la Seconde Guerre mondiale.

LES SECTEURS LES PLUS à RISQUE

Basé sur des données chiffrées et non juste une intuition, ce tableau permet de voir concrètement les tendances économiques en matiére d’emploi. Il indique les secteurs les plus à risque et qui souffrent le plus de ce changement de paradigme économique. L’industrie de l’hôtellerie, de la manufacture, du commerce, mais aussi l’immobilier. Ces secteurs sont caractérisés par des emplois en grande majorité à bas revenus, ne nécessitant pas de compétences ou d’études supérieures. Ce sont principalement ces emplois qui souffriront le plus à l’avenir et ils concernent prés de 1,25 milliard de travailleurs soit prés de 38% des travailleurs au niveau mondial.
Sami Guern
Fondateur de Postule Pour Me

COVID : SECTEUR DE LA SANTÉ

On estime à 136 millions de personnes rattachés de prés ou de loin au secteur de la santé dans le monde. Ceci inclut les médecins, les sages-femmes, les infirmières ainsi que tous les métiers annexes gravitant autour de ce noyau. Les personnes travaillant par exemple dans les services de nettoyage ou de blanchisserie des hôpitaux sont parmi les personnes les plus à risque. 70% des personnes travaillant dans le secteur de la santé sont des femmes.

COVID : HÔTELLERIE ET RESTAURATION

Représentant prés de 144 millions de personnes au niveau mondial, les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration sont parmi les plus durement touchés par cette crise de COVID-19. Directement affectés par les mesures de confinement/isolement de chaque pays, ces secteurs font face à une diminution drastique des réservations entrainant automatiquement une diminution des besoins en termes de personnels. Aux USA seulement par exemple, le secteur emploie près de 4 millions de personnes. Au niveau mondial, l’hôtellerie et la restauration emploient pour moitié des femmes.

COVID : INDUSTRIE

Même si des mesures d’hygiène ont été prises pour endiguer l’évolution de cette pandémie, le secteur de l’industrie et notamment de la construction a été durement touché au moins au début de la crise avec des travailleurs dans l’impossibilité de se rendre sur leurs chantiers dans de bonnes conditions. Le secteur emploie plus de 463 millions de travailleurs. Bon nombre de chaines de distribution ont été fermées au moins temporairement, des commandes annulées, dans chantiers suspendus, des réseaux de boutiques fermées … On constate néanmoins une reprise d’activité à la fin de l’été notamment en France avec des mesures d’hygiène adaptées.

COVID : TRANSPORT & COMMUNICATION

Ces secteurs emploient près de 204 millions de personnes à travers le monde. On parle ici des membres d’équipages, des pilotes, des services postaux, des services de livraison, mais aussi des personnes en amont travaillant dans les chaines de distribution permettant les livraisons. Bien que beaucoup de travailleurs aient été impactés négativement par cette crise notamment à cause de la diminution du trafic aérien, on a aussi vu en parallèle un essor des livraisons accentuées par le fait que les personnes conteraient de rester chez elles, commander généralement plus par exemple via Amazon.

COVID : AGRICULTURE

L’impact du coronavirus sur l’emploi du secteur ne s’est pas fait autant ressentir que sur l’ensemble des autres secteurs, notamment pour les pays développés où l’agriculture représente généralement une part importante du PIB nationale. Le risque lié à ce secteur vient principalement des mesures de confinement imposées par les pays qui diffèrent d’un pays à l’autre et qui compliquent souvent les livraisons transfrontalières. Les travailleurs seront très probablement impactés dans les mois à venir compte tenu de l’inertie que peuvent avoir certaines mesures.

COMPARAISON GÉOGRAPHIQUE DU CHÔMAGE DÛ AU COVID-19

Si l’on regarde d’un point de vue géographique, on constate de grosses disparités des emplois à risque à cause du COVID-19. En Afrique par exemple, on estime que prés de 27% des emplois sont exposés de prés ou de loin aux conséquences du coronavirus. Aux États-Unis, cette proportion s’élève à plus de 43% ! Les pays d’Afrique sont parmi les moins touchés sur le plan de la mortalité par le coronavirus. On constate néanmoins que le virus se répand plus facilement et plus rapidement dans les pays en développement du simple fait d’un manque d’information ou encore des infrastructures peu adaptées, notamment dans les régions les plus denses géographiquement. La crise du COVID-19 pourrait avoir de plus, pour conséquence d’accentuer les inégalités déjà existantes notamment en ce qui concerne la rémunération des employés à compétences peu développées ou encore l’accès au système de santé.

Selon un rapport de l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement économique) publié en juin 2020, le chômage aurait augmenté de 2.9% entre Mars et Avril pour atteindre les 8.4% alors que nous étions à 5.5% en Mars. Il s’agit là de l’impact clairement visible des décisions prises par les gouvernements mondiaux. Les États-Unis sont d’ailleurs en majeure partie responsables de cette augmentation du taux de chômage parce qu’ils comptent à eux seuls une augmentation de 15.9 millions de personnes sans emploi directement ou indirectement lié au coronavirus.

+2.6%

+3.3%

Lorsque l’on regarde les différences entre les tranches d’âges, les 15-24 ont été les plus durement affectés par le coronavirus au niveau mondial. Cette catégorie a vu son taux de chômage grimpé de 5.5% pour atteindre 17.6% contre 2.7% d’augmentation pour la tranche d’âge au-dessus de 25 ans.

ZONE EURO

En zone euro, suite à la pandémie de COVID-19, le chômage à atteint 7.3% contre 7.1% en Mars

JAPON

Au Japon il à atteint 2.6% contre 2.5% en Mars

CANADA

au Canada il est passé de 7.8% à 13%

COLOMBIE

Il a atteint 19.9% en Colombie contre 12.2% en Mars

USA

Aux États-Unis il a atteint 14.7% contre 4.4% en Mars, le plus haut niveau jamais atteint depuis 1948 !

Publié par Laisser un commentaire

TOP 5 des livres à lire pour tes entretiens d’embauche

TOP 5 DES LIVRES POUR TES ENTRETIENS D'EMBAUCHE EN 2020

Tire profit de chaque situation. Cette période de confinement est une opportunité parfaite pour toi pour améliorer tes compétences ou simplement en créer de nouvelles. L’objectif de cet article est de te fournir une nouvelle fois, un panel d’outils qui te permettront d’aller de l’avant dans tes présentations, tes entretiens, ta façon de discuter ou encore ta façon de comprendre les autres. Au fil de la lecture de certains de ces ouvrages, tu acquerras de fait, de nouvelles compétences en ligne avec tes ambitions je l’espère.

0

C’est le nombre de livres que je te propose ci-dessous que tu pourras dévorer sous format papier, audio ou kindle, à toi de choisir. Néanmoins, prends le temps de comprendre, d’assimiler complètement les notions abordées dans le livre que tu choisiras. Il est important qu’avant d’entreprendre chacune de tes lectures, tu puisses savoir ce à quoi t’attendre et comment en retirer le plus grand avantage. Prêt à augmenter en compétences ? Alors dans ce cas, c’est parti.

Entretien d'embauche : Quelles sont tes qualités ? Tes défauts ?

Quelles sont tes qualités ? Quels sont tes défauts ? Si tu bloques souvent à cette question en entretien et que tu finis finalement par donner une réponse somme toute très basique, il est temps pour toi d’acquérir une version de ce livre. L’idée est relativement simple, à travers différentes questions orientées, l’auteur te propose de te fournir tes points forts/faibles pour que tu puisses travailler dessus. Il s’agira de révéler réellement les axes que tu pourras chercher à améliorer sur ta personnalité et tes trouvailles pourront évidemment être l’objet de discussion pendant tes entretiens. Peu importe le secteur au sein duquel tu comptes effectivement travailler, ce livre te suivra à chacune de tes étapes importantes et tu pourras très facilement y revenir pour voir les améliorations que tu auras pu faire au fil des mois, voir des années.

Entretien d'embauche : Parle-moi de toi

Parle-moi de toi. Initialement destiné, comme son nom l’indique, à te former sur la thématique du pitch, les idées présentent dans se livre viendront améliorer considérablement ta présentation pendant tes entretiens d’embauche et plus tard au sein de l’entreprise pour te focaliser sur ce qui compte vraiment. Tu apprendras par exemple qu’une personne a « deux cerveaux » et que lorsque tu souhaites lui présenter quelque chose, ton histoire par exemple pendant ton entretien, il faut organiser ta réponse très précisément pour être sûr que le maximum d’informations soit assimilé par ton interlocuteur. Tu apprendras aussi à analyser ton interlocuteur pour adapter ton discours de sorte que tu sois le seul en position de « force », par exemple lorsque tu décideras de parler de ta rémunération. L’auteur te propose sa méthode C.H.I.R.A.C pour être sûr à tous les coups que la personne que tu auras en face soit subjuguée par tes mots et ta personne.

Entretien d'embauche : Parle moi de tes expériences

Parle-moi de tes expériences. Personnage iconique de la finance des années 90-2000, Jordan Belfort, surnommé le Loup de Wall Street est l’une des personnes les plus emblématique lorsqu’il s’agit de VENDRE. Son système, « The Straight Line System » te permettra d’avoir un axe autour duquel te vendre. Ton entretien d’embauche ne se résume au final qu’à vendre ton histoire, ta personnalité et tes compétences. Autant mettre toutes les chances de ton côté en apprenant à bien VENDRE. Jordan Belfort passe l’ensemble des outils de vente en revue pour être sûr que tu sois enfin maître de la façon dont tu seras perçu par ton interlocuteur pendant ton entretien d’embauche. Posture, intonation, vitesse … à toi de maitriser chacun des aspects de ton entretien d’embauche pour augmenter drastiquement tes chances d’accéder au poste visé !

Entretien d'embauche : Quelles sont vos prétentions salariales ?

Quelles sont vos prétentions salariales ? Chris Voss te fournit une méthode clé en main pour être sûr que, ce que tu répondras à cette question soit identique à ce que tu recevras chaque mois. Ne négocie plus, exige simplement. Avec l’art et la manière bien sûr. L’idée de se lire une nouvelle fois est de te donner les méthodes pour faire en sorte que chaque moment de négociation de ta vie, dont celui de l’entretien d’embauche, ne soit plus un moment pénible par lequel il faut absolument passé, mais bel et bien un moment amusant au cours duquel tes exigences devront être respectées. Méthode du miroir, la voix du DJ, la répétition des derniers mots …  sont autant d’astuces qui te permettront d’aller directement parler au cerveau primaire de ton interlocuteur pour faire en sorte que celui-ci comprenne tes requêtes et puisse y donner une suite favorable. Le compromis n’a plus sa place ici ! Coupez la poire en deux, ne fera plus parti de votre vocabulaire !

Entretien d'embauche : Pourquoi souhaitez-vous intégrer notre entreprise ?

Pourquoi souhaitez-vous intégrer notre entreprise ? Parce que chez POSTULE POUR ME se focalise vraiment sur vos vocations, l’idée de se livre est bel et bien de comprendre pourquoi une entreprise et pas une autre. Principalement destiné aux créateurs d’entreprises, aux innovateurs, cet ouvrage vous permettra de comprendre pourquoi une entreprise réussit sur le long terme et pas une autre. Il vous donnera par la même occasion des points d’ancrage que vous pourrez aborder en entretien pour répondre à la question :  « pourquoi notre entreprise ? ». Tout en s’appuyant sur un discours clair et facile à suivre, Simon Sinek célèbre marketer américain, s’efforce au fil du livre à te décrire ce qui est vraiment important lorsque tu souhaites démarrer une entreprise ou plus simplement lorsque tu souhaites intégrer une entreprise !

Si chacun des livres ci-dessus, aborde une thématique bien particulière, il est essentiel pour tes entretiens d’embauche que tu t’imprègnes de ces auteurs pour parfaire ta présentation, ta façon de négocier, les raisons qui te poussent à intégrer cette entreprise en particulier. N’hésite pas à mentionner la lecture de tes ouvrages pendant tes entretiens si jamais le contexte t’y invite. Il peut être gratifiant pour toi de t’appuyer sur quelque chose que tu connais pendant ton entretien d’embauche. S’il s’avère que ton interlocuteur a lui aussi pris le temps de lire le livre dont tu parles, crois-moi tes chances de succès viennent de grimper en flèche !

Publié par Laisser un commentaire

Ce que tu ne dis pas en entretien d’embauche

CE QUE TU NE DIS PAS EN ENTRETIEN D'EMBAUCHE

Dans la vie de tous les jours comme en entretien, une grande partie des interactions que tu auras l’occasion d’avoir auront pour objectif d’émettre un jugement sur toi, ta personnalité, ton paraitre et tout ce qui sera finalement annexe aux mots que tu prononceras. L’idée de cet article est justement de mettre en avant ce sur quoi tu pourras jouer pendant tes entretiens, principalement pour « hacker » le cerveau de ton interlocuteur et pour faire en sorte que l’image qu’il ou elle aura de toi soit celle que tu auras choisie et non pas celle qu’il ou elle aurait eue, sans justement ces petites astuces. Il va falloir que tu te prépares en amont pour adapter les mots qui sortiront de ta bouche autant que l’intonation avec laquelle tu les diras. Albert Mehrabian, psychologue iranien de renom et enseignant au sein de l’université de Californie nous offre d’ailleurs une règle que tu devras absolument garder en tête. Il s’agit de la règle des 7% – 38% – 55%. Elle nous renseigne sur le fait que : 

  • 7% de la communication est verbale (dont basée sur les mots, le contenu que l’on entend effectivement)
  • 38% de la communication est vocale (elle s’appuie donc sur le ton, l’intonation avec laquelle tu dis les choses)
  • et enfin 55% de la communication, soit plus de la moitié est visuelle (elle s’appuie donc sur tes gestes, ton expression corporelle et faciale)

C’est donc à toi qu’appartient le pouvoir de « manipuler » ou en tout cas d’influencer le ressenti que se fera la personne en face de toi pendant un entretien, afin d’être sûr que ce qu’il ou elle pense de toi, colle exactement avec l’image que tu as de toi !

TON VOCABULAIRE PENDANT L'ENTRETIEN D'EMBAUCHE

La première des choses à laquelle il va vraiment falloir faire attention c’est le contenu. Même si encore une fois les mots que tu utilises ne représentent que 7% de ta communication, il faudra que tu t’y attardes. À l’image d’un rapport que tu pourrais écrire dans le cadre de tes études par exemple, tu ne pourras pas te permettre de dire tout et n’importe quoi si tu souhaites que ton idée soit comprise de tous. Pour ça, il faut que tu t’adaptes.

ADAPTE-TOI AU SECTEUR

Le secteur au sein duquel tu postules possède généralement un lexique, un jargon qui lui est spécifique. S’imprégner de ce lexique c’est augmenter drastiquement tes chances d’accéder au poste que tu vises. Pour reprendre mon expérience personnelle, dans le cadre de mon parcours, il y avait différentes manières de nommer un chat un chat … Mais il fallait s’imprégner de celle qui était en vigueur auprès des professionnels. Ne pas maitriser cet aspect technique du travail c’est au final se faire passer pour un amateur qui ne s’est pas vraiment attardé à rentrer vraiment dans la peau de l’opérationnel. Une nouvelle fois donc, comprends et apprends les termes courants utilisés dans le secteur au sein duquel tu postules pour déjà montrer en entretien une certaine maturité professionnelle, qui ne pourra que mettre en confiance la personne qui sera en face de toi.

ADAPTE-TOI A L'ENTREPRISE

L’entreprise, autant que le secteur requière que tu passes du temps à en comprendre la philosophie. Pour dire la même chose, tu n’auras évidemment pas le même discours si tu postules au sein d’une startup que d’une grande entreprise du CAC40. Si les choses sont très formalisées au sein des grandes entreprises, il est possible qu’elles le soient beaucoup moins dans une startup du numérique par exemple qui se revendique être « JEUNE » et « EN DEHORS DES CODES ». Il t’appartient donc de surveiller quelle est la mentalité de l’entreprise et de t’y adapter pour augmenter tes chances de faire bonne impression. Pour ça n’hésite pas à le faire au cas par cas en consultant directement le site de l’entreprise en question, et accéder à la rubrique A PROPOS par exemple.

TON PHYSIQUE EN ENTRETIEN D'EMBAUCHE

55% de ta communication passe par ton expression corporelle. Cela passe évidemment par le fait d’arriver en entretien frais, le moins stressé possible, mais tu verras que ce n’est pas tout et que tu seras en mesure d’avoir beaucoup plus d’outils en ta possession pour une nouvelle fois, influencer l’image que se fera de toi ton interlocuteur.

TON APPARENCE

Même si Albert Mehrabian lui-même n’a pas mentionné quelque relation que ce soit avec son apparence vestimentaire, il apparait naturel qu’en allant à un entretien tu doives être bien présenté. Cela signifie pour les garçons que le costume cravate est de rigueur. Mesdames, vous avez un peu plus de choix tant que votre tenue reste sobre et professionnelle. Qu’il s’agisse des hommes ou des femmes, l’idée c’est de venir en entretien de la façon la plus sobre qui soit et la mieux présentée, car malheureusement vous ne connaissez pas la personne que vous aurez en face de vous et un jugement (même complètement faux) peut arriver si vite et avoir de désastreuses conséquences. Prenez donc soin de vous avant d’arriver en entretien, peu importe que votre rendez-vous soit à 8h ou à 20h, ça ne devrait absolument rien changé pour vous. Dernier point messieurs, inutile, du moins pour ce qui est de vos débuts, de dépenser 500€ pour un costume tout neuf sur mesure chez Anthony Garçon. Zara possède la panoplie suffisante pour un prix autour de 100€. C’est un investissement en soit j’en suis conscient, mais dites-vous que vous allez pouvoir le garde au moins quelques mois.

TA GESTUELLE

Ce qu’Albert Mehrabian voulait principalement dire avec ces 55%, c’est qu’une très grande partie de ta communication se déroule sur le plan de ton expression corporelle. Qu’il s’agisse du visage, des mains, des épaules, de ton torse … L’idée est d’amener ton corps à faire transparaitre tes qualités. Par exemple, ne pas avoir les bras croisés pendant que tu parles à ton interlocuteur, car cela traduirait un manque de confiance et serait synonyme de quelqu’un étant sur la défensive. Ne pas hésiter à garder le dos bien droit et à ajuster le haut de ton corps un peu vers l’avant pour marquer un intérêt pour ce que tu dis ton interlocuteur et donc aussi traduire de la curiosité chez toi. Toutes ces petites choses cumulées font qu’un candidat sera instinctivement apprécié ou pas. Entraine-toi avant d’arriver en entretien pour éviter d’avoir l’air calculateur ou pire encore, d’avoir l’air d’un robot. Car s’il y a beaucoup de choses auxquelles tu dois penser pendant ton entretien, ta gestuelle en fait désormais partie ! 

TON INTONATION EN ENTRETIEN D'EMBAUCHE

Il nous reste donc les 38% dont parlait Albert Mehrabian et qui concernent donc l’intonation que tu utilises pour dire les choses qui traversent ton esprit.

LE TON

La tonalité que tu utilises pour parler s’adapte naturellement à la situation. Tu utiliseras un ton froid et sec lorsque tu exigeras d’un enfant par exemple d’accomplir une certaine tâche. Ta voix sera mielleuse lorsque tu t’adresseras à ton (ta) conjoint(e) ou beaucoup plus autoritaire lors d’une éventuelle dispute… Tu remarques désormais que tu le fais naturellement. Néanmoins, l’entretien professionnel déstabilise la personne et le stress a généralement tendance à s’accumuler avant l’entretien. Ajuster le ton de ta voix demande donc un effort supplémentaire auquel tu dois réfléchir pendant que tu es en train de dire ce que tu as à dire. La personne qui se trouve en face de toi doit avoir envie de t’écouter. Évite donc à tout prix le ton utilisé par les professeurs d’universités, rasoir et qui de toute façon empêche toute écoute active après seulement quelques minutes. Si tu souhaites parler de ton parcours, imagine-toi en face d’un de collègue et raconte-lui comment tu as vécu la chose. Un ton jovial est toujours apprécié, mais lorsque tu souhaites insister sur une partie précise n’hésite pas à utiliser une voix beaucoup plus basse pour que ton interlocuteur soit obligé de tendre l’oreille et donc par la même occasion son attention.

LA VITESSE

La vitesse avec laquelle tu dis les choses va là aussi, beaucoup influencer l’image que l’on aura de toi. Parler trop lentement sera le signe d’une certaine lenteur dans ton travail, même si une nouvelle fois il peut y avoir une grosse distinction entre les apparences et les faits, le cerveau humain est primaire au premier abord et se fit à son instinct qui lui dit qu’une personne qui parle lentement est une personne lente… À l’inverse, si tu parles trop vite et si tu te reprends souvent, ça pourra marquer une certaine immaturité et une envie de finir au plus vite ce que tu as commencé, peu importe s’il y a des erreurs ou pas. Ajuste donc la vitesse de ta voix. Avant d’arriver en entretien, demande à des membres de ta famille ou des amis de te dire ce qu’ils pensent de la vitesse de tes propos.

CONCLUSION

Tu l’auras compris, préparer son entretien ce n’est pas seulement savoir ce que tu vas dire, mais c’est désormais aussi, savoir comment tu vas le dire. Le ton et la gestuelle comptent pour plus de 90% de ta communication donc il va de toute façon falloir que tu t’y attardes. La préparation reste la clé pour réussir pendant ton entretien. Entraine-toi avec des amis, de la famille, le plus important c’est qu’ils puissent être en mesure de te fournir le retour le plus complet et le plus juste possible de sorte que tu puisses t’améliorer. Un dernier conseil avant de te laisser : mimique ton interlocuteur. Une nouvelle fois, il s’agit d’instincts primaires, mais il est important que tu puisses analyser ton interlocuteur et adopter le même comportement, la même tonalité que lui. Ça te permettra de gagner des points, car on apprécie toujours ceux qui nous sont semblables.

*Si tu ne parviens pas à décrocher des entretiens, rendez-vous sur notre page PACKAGE !

Publié par Laisser un commentaire

Entretien d’embauche : toi aussi recrute ton entreprise !

ENTRETIEN D'EMBAUCHE : TOI AUSSI RECRUTE TON ENTREPRISE

Dans la majeure partie des cas, les entretiens d’embauche se déroulent (malheureusement pour les candidats) toujours de la même manière …

Tu reçois un mail de convocation, tu t’y prépares en survolant les questions classiques qui tombent en entretiens et te voilà « fin prêt » pour passer ton entretien. Tu te déplaces le jour J (ou en visio pendant la période de confinement), tu patientes un peu le temps que ce soit ton tour et c’est parti : tu peux commencer ton monologue. Tu réponds gentiment aux questions posées par le recruteur en face de toi et voilà l’entretien fini sans que tu aies eu le temps de vraiment briller pendant ces 45 dernières minutes … Un goût amer, je sais  … L’objectif de cet article est de te faire prendre conscience que l’entretien d’embauche n’est pas une voie à sens unique, mais au contraire une discussion ayant pour idée de voir si ton profil « match » avec les besoins du recruteur ! Tu verras qu’il faudra te préparer à tout type d’entretien et tu comprendras enfin l’expression anglaise « FAKE IT UNTIL YOU MAKE IT » pour faire de chacun de tes entretiens une VRAIE opportunité d’embauche et pas seulement un entretien parmi tant d’autres ! T’es prêt ? Dans ce cas : LET’S GO !

1. LE RÔLE DE L'ENTRETIEN D'EMBAUCHE

T’es-tu déjà demandé à quoi servait concrètement l’entretien d’embauche ? Évidemment que non, étant donné que la réponse tombe sous le sens ! L’entretien d’embauche devrait servir à recruter un nouveau collaborateur, point. Si ce n’était que ça, nous n’aurions au final pas besoin de créer de long processus fastidieux visant à rechercher parmi la centaine de CVs reçus, le profil qu’on voudrait finalement convoquer en entretien … Un entretien d’embauche ne cherche pas seulement à recruter un nouveau collaborateur, il vise à recruter LE collaborateur qui pourra le mieux s’intégrer au sein de cette entreprise en particulier ! Quand tu y réfléchis deux minutes (surtout en France d’ailleurs) recruter une nouvelle personne c’est faire un pari sur l’avenir. Est-ce que cette nouvelle personne s’intégrera bien au sein de l’entreprise ? Est-ce que je pourrais bénéficier de ces compétences pour mes futurs projets ? Est-ce qu’elle restera aussi sérieuse qu’elle en à l’air pour l’instant ? Bref tout un tas de questions que le recruteur se pose en finalité lorsqu’il ou elle devra finalement choisir un profil parmi le lot de candidatures reçues. En comprenant ce point, tu comprends par la même occasion que l’entretien d’embauche n’est pas (ou en théorie n’est pas censé) une discussion à sens unique au cours de laquelle tu ne ferais que répondre à des questions passivement ! Pour te donner une idée plus claire de comment se passe le recrutement en France, voici quelques chiffres qu’il faudra que tu gardes en tête.

2. QUELQUES CHIFFRES SUR L'ENTRETIEN D'EMBAUCHE

Pour te donner une brève idée du processus de recrutement en France, voici quelques chiffres publiés par Robert Walters il y a quelques années de cela :

Si tu ne veux pas faire partie de ces statistiques, il faudra bien prendre conscience de tout ce qui va suivre au sein de cet article.

3. PRÉPARE-TOI A TOUTES LES FORMES D'ENTRETIENS

Tu ne le sais généralement pas avant d’arriver en entretien, mais tu pourras en fonction des cas, tout aussi bien t’entretenir avec une ou plusieurs personnes. Voici une liste non exhaustive de formes d’entretiens potentielles auxquelles tu dois te préparer. L’idée c’est d’éviter toute surprise le jour J et d’être conscient(e) que l’entretien « classique » n’est pas la seule option. Tu pourras donc faire face à :

  • Entretien face à face avec une personne
  • Entretien face à face avec deux ou plusieurs personnes
  • Entretien téléphonique avec un interlocuteur
  • Entretien de groupe
  • Entretien individuel face à des « spectateurs » qui ne sont au final que d’autres candidats
  • Entretien de groupe face à des spectateurs

Tu sais désormais que plus d’une option est envisageable lorsque tu te déplaces en entretien d’embauche. Il t’appartient de te préparer au mieux en répéter un maximum ce processus ! Si tu souhaites préparer tes entretiens avec Postule Pour Me rendez-vous ICI.

4. RÉPÈTE SOUVENT

Pour que cela soit plus concret pour toi, prenons un exemple. Imaginons que tu souhaites intégrer le poste de manager d’un complexe hôtelier. Pour répéter et dans le but d’augmenter tes chances d’accéder à ce poste dès que l’opportunité se présentera, tu pourras envisager de passer des entretiens par exemple pour des postes de réceptionnistes, de chef de réception ou de concierge potentiellement, des postes généralement annexes, mais au sein du même secteur. L’idée est simplement d’augmenter ta confiance en toi pour qu’une fois arrivé devant le poste que tu vises vraiment, tu sois le mieux préparé des candidats que le recruteur aura l’occasion de rencontrer.

Maintenant que tu as fait ce travail sur toi, il faut que sois conscient(e) une nouvelle fois, que l’entretien d’embauche est une voie à double sens où il devrait y avoir autant de questions de ton côté que de celui ou celle qui te recrute. C’est aussi toi qui recrutes la personne qui est en face de toi ! N’oublie pas d’inverser le sens des questions en entretien ! Ne reste pas passif.

 

5. POSE DES QUESTIONS

Se déplacer pour un entretien d’embauche et y être passif c’est passé complètement à côté de ton entretien. Malheureusement c’est l’une des raisons pour lesquelles beaucoup de candidats resteront dans l’attente d’une réponse qui n’arrivera jamais. En arrivant en entretien d’embauche, il faut que toi aussi tu puisses te mettre dans la peau d’une personne qui recrute son entreprise. Personne n’a envie de travailler avec un manager tyrannique ou désagréable. Il t’appartient donc de poser les questions, et de préférence les bonnes questions, pour qu’une fois l’entretien terminé, tu puisses déjà savoir si toi aussi tu souhaites aller plus loin dans le processus de recrutement.

Tu pourras prendre des exemples au travers de cette vidéo qui te donnera quelques points essentiels à soulever pendant ton entretien.

Pose des questions sur le management. Pose des questions sur la taille de l’équipe. Pose des questions sur l’environnement de travail … Bref tu l’auras compris : pose des questions. Sans poser de questions pendant ton entretien d’embauche tu te dire une balle dans le pied parce que même si une offre te sera faite pour le poste que tu convoites, mais que tu ne pourras travailler plus de deux mois dans l’équipe que tu vas intégrer, ce sera pour toi et l’entreprise une énorme perte de temps et d’argent par la même occasion. C’est pour cette raison encre une fois que pendant ton entretien il faut que tu puisses toi aussi interroger la personne qui est en face de toi sur les points qui te tiennent à cœur.

6. FAKE IT UNTIL YOU MAKE IT

Fais semblant jusqu’à ce que ce soit vrai ! Dans le cadre de ton entretien d’embauche, n’hésite pas à faire semblant sur plusieurs points, et notamment sur le nombre d’entretiens que tu es actuellement en train de passer. Certains diront que ce n’est pas quelque chose d’envisageable que d’arrondir un peu les bords, en soulignant par exemple que tu passes plusieurs entretiens au sein d’autres entreprises alors qu’au final tu n’as qu’un seul et unique entretien d’embauche à l’heure actuelle. Chacun sa paroisse. Beaucoup de recruteurs te poseront effectivement la question suivante, es-tu actuellement dans d’autres processus de recrutement ? Sans que cela vienne de ton interlocuteur une nouvelle fois, tu pourras le laisser entendre au fil de l’entretien. Un exemple : « Comme j’ai pu le constater au sein d’autres entreprises que j’ai récemment rencontrées, le management dans la branche hôtelière est plutôt strictement vertical, est-ce que c’est aussi le cas au sein de celle-ci ? ». Tu marques un point qui compte double : tu viens de soulever une question qui montre que tu as réfléchis un peu au poste que tu es actuellement en train de viser et dans un deuxième temps tu sous-entends que l’entreprise avec laquelle tu es en train de discuter n’est absolument pas la première que tu visites ! Tout de suite et presque de manière instinctive, l’intérêt que te portait le recruteur vient de monter d’un cran, car on désire presque toujours ce que les autres veulent aussi. Dans ce cas présent c’est toi !

CONCLUSION

Tu l’auras donc compris au fil de cet article, l’entretien d’embauche ne va pas que dans un sens ! Loin de là. Il doit te permettre à toi aussi de voir si l’entreprise au sein de laquelle tu vas effectivement voir ton prochain recruteur correspond vraiment à tes attentes, et si oui ou non tu serais prêt à y travailler pour les 5 prochaines années. Pour ça, pose des questions encore et encore. On préférera de toute façon un candidat curieux et sachant exactement ce qu’il ou elle recherche qu’un candidat passif répondant simplement aux questions du recruteur. Ce dernier, dans presque 8 cas sur 10, ne recevra jamais de réponse sur l’entretien qu’il vient de passer. Si tu souhaites aller de l’avant dans tes candidatures rendez-vous sur notre page PACKAGE !

Publié par Laisser un commentaire

Les 5 questions les plus classiques en entretien d’embauche

Les 5 questions les plus classiques en entretien d'embauche

Si tu as réussi à passer de l’étape candidature en ligne à l’étape entretien : BRAVO ! Si ce n’est pas encore le cas je te donne rendez-vous ici pour faire décoller tes candidatures. En fonction du secteur que tu vises, les places peuvent être très chères et il va donc falloir que tu mettes toutes les chances de ton côté avant d’arriver effectivement devant ton recruteur, qu’il s’agisse des opérationnels ou bien des ressources humaines. Pour ça, voici 5 questions hyper classiques qui tomberont dans 90% de tes entretiens et sur lesquelles bien évidemment il va falloir que tu sois le plus alerte possible. Qu’il s’agisse du secteur du luxe, de la grande distribution, que tu souhaites accéder à un job étudiant ou un poste de cadre en CDI, il y a une chose sur laquelle on ne pourra pas discuter : ta préparation ! Peu importe quel type d’entretien tu seras amené à passer, il faut absolument que tu prennes les choses au sérieux en te préparant au maximum au préalable ! Préparer son entretien ça passe par trois choses essentielles :

  • Identifier ce qui peut tomber en entretien (c’est l’objet de cet article)
  • Écrire noir sur blanc ce que tu pourrais dire
  • Répéter

Écrire noir sur blanc tes réponses te permettra de voir déjà si ta réponse est structurée. Personne n’a envie d’écouter une personne qui part dans tous les sens et qui perd le fil de son histoire. Dans un second temps, il y a un facteur humain essentiel à prendre en compte : 99% des personnes ont soit une mémoire visuelle, soit une mémoire auditive. Écrire tes réponses, te permettra donc de la même manière d’avoir en tête l’image de ta feuille et donc les points importants sur lesquels il faudra que tu t’attardes pour chaque question . Enfin, en répétant à haute voix tes réponses, t’améliores bien évidemment ton allocution, mais tu pallies aussi à un potentiel déficit au sein de ta mémoire auditive.

" Tu l’auras compris, la préparation c’est [toujours] la clé "
Sami GUERN.
Fondateur de PostulePourMe

Beaucoup de personnes malheureusement se déplacent en entretiens en ayant une vague idée de ce qu’ils vont dire, car après tout ils connaissent leur parcours. Il suffit de regarder les professeurs pour se rendre compte qu’il y a une grande différence entre avoir l’information et savoir la transmettre !

Maintenant que tout est clair niveau préparation : c’est parti pour la première des 5 questions hyper classiques qui tombent en entretien d’embauche.

QUESTION D'ENTRETIEN #1 : PARLE-MOI DE TOI / PRESENTE-TOI

L’idée de cette question est de retracer ton parcours dans les grandes lignes uniquement. Inutile de revenir sur chaque événement marquant depuis ta naissance, au risque de perdre complètement ton interlocuteur. Il ne faudra pas que tu dépasses les 4 voir 5 minutes maximum et surtout il va vraiment falloir que tu y mettes la forme.

Parler pendant  5 minutes de soi n’est pas donné à tout le monde. Si cette question d’entretien revient si souvent, c’est aussi pour observer la capacité du candidat à transmettre une information clairement. Parce qu’après tout, le recruteur est censé avoir ton CV en main donc s’il a pris le temps de le lire, mais qu’il te demande quand même de te présenter ce n’est pas pour rien !

Respecte donc cette forme suivante pour être sûr de réussir cette question d’entretien :

  • Une courte phrase d’introduction pour expliquer comment tu vas organiser ta réponse
  • La première partie de ta réponse (revenir sur ton parcours scolaire si tu n’es plus étudiant)
  • La deuxième partie de ta réponse (détaillé ton parcours professionnel)
  • Tes activités ou projets personnels

Tu auras remarqué qu’il n’y a aucune partie dédiée spécifiquement aux compétences, car elles seront complètement intégrées dans le descriptif de tes expériences. L’idéal voudrait qu’à chacune de tes expériences tu puisses mettre en valeur un point positif qui sera évidemment différent d’une expérience à l’autre.

Si toutefois tu es encore étudiant, je te conseille de commencer par tes expériences professionnelles, car l’idée est toujours de terminer par ce que tu es actuellement en train de faire (études ou expérience professionnelle) .

QUESTION D'ENTRETIEN #2 : POURQUOI CETTE ENTREPRISE ?

La deuxième question d’entretien très classique d’entretien d’embauche concerne le choix que tu fais vis-à-vis de cette entreprise en particulier. Pour ça l’objectif c’est de repérer deux voir trois points importants qui distingue cette entreprise des autres du même secteur. Inutile de cherche à les inventer. Tu pourras facilement utiliser internet et notamment YouTube pour avoir des aperçus de ce qui la distingue des autres. Le mieux évidemment, c’est de prendre le temps de discuter avec des personnes travaillant effectivement dans l’entreprise en question pour savoir ce qu’elle fait différemment de ses concurrentes. Tu pourras contacter ces personnes sur LinkedIn ou directement aller les voir en personnes c’est toi qui choisis !

Ne tombe pas dans la comparaison « bateau » en soulignant par exemple le fait que cette entreprise est le numéro un du secteur par exemple. Va plus loin en essayant de trouver des points plus en rapport avec ton projet professionnel par exemple. Si tu postules dans le secteur bancaire par exemple, mais que tu apprécies tout ce qui tourne autour des nouvelles technologies, tu pourras par exemple souligner le fait que cette entreprise en particulier à entamer des changements numériques avant ses concurrents ce qui la rend attirante à tes yeux.

Pour répondre à cette question d’entretien, n’hésite pas aussi à consulter l’actualité. Principalement s’il s’agit d’une grande entreprise. En recherchant cette entreprise dans Google sous l’onglet actualités, tu pourras déjà avoir quelques pistes pour diriger cette question encore une fois très classique en entretien d’embauche.

QUESTION #3 : POURQUOI CE POSTE ?

Troisième question d’entretien hyper classique : ton intérêt pour le poste ?

Comment répondre à cette question si tu ne sais pas en quoi consiste le travail au quotidien ? Impossible ! Intéresse-toi donc à la journée type d’une personne travaillant sur le même poste. Pour ça, tu as le choix :

  • Article de blog internet
  • Retour d’expérience d’amis à toi
  • YouTube

Là aussi, l’idée ce serait d’avoir deux ou trois points assez pertinents qui te poussent réellement à vouloir intégrer ce poste. Le recruteur que tu auras en face de toi cherchera à comprendre TA motivation et non pas seulement la motivation d’une personne lambda à intégrer ce poste. Si tu lui dis « en faisant ce métier, je sais qu’aucune journée ne ressemblera », tu es en train de lui envoyer un message d’alerte « je ne sais pas pourquoi ce poste et pas un autre ».

L’idéal serait que ce poste soit la continuité de ce que tu as déjà commencé au sein de ton parcours. Si choisir ce poste aujourd’hui apparait comme logique aux yeux du recruteur, tu auras mis toutes les chances de ton côté. Néanmoins, beaucoup de personnes se retrouvent dans la situation d’un changement radical de secteur / poste qui n’est en soi absolument pas un probléme ! Si tu arrives à expliquer tes choix et montrer que ce n’est pas sur un coup de tête que tu as postulé à cette offre tu es sur la bonne voie.

Prends donc encore une fois le temps au préalable, de préparer cette question qui marquera de toute façon une différence avec tes concurrents venus pour le même poste !

QUESTION #4 : POURQUOI TOI ET PAS UN AUTRE ?

Quatrième question d’entretien d’embauche: Pourquoi toi ? (Oublie la deuxième partie de la question !)

Règle numéro 1 : ne dénigre personne ! Cette question se rapporte à toi : « pourquoi toi et pas un autre » même s’il y a cette deuxième partie qui te pousse à expliquer pourquoi pas un autre. Fais comme si cette question n’en était que la moitié « Pourquoi toi ? ».

Pour répondre à cette question, inutile de revenir sur toutes tes expériences pour montrer que tu as été le plus brillant. La méthode consiste à reprendre les qualités essentielles requises pour ce poste (cf. fiche de poste lorsque tu postules) et à revenir sur chacune d’elle en la mettant directement en lien avec l’une de tes expériences. C’est simple et crois-moi c’est très efficace. Ça donnera par exemple :  » d’après ce que j’ai pu voir, vous recherchez une personne prête à travailler sur cet outil que j’ai eu l’occasion d’approfondir pendant mon expérience au sein de XX. Ayant moi-même développé certains outils en interne je pense être en mesure de répondre à vos attentes sur ce point là« .

Si tu sens que tu peux le faire, et si ton interlocuteur est assez réceptif, n’hésite pas à montrer un peu d’audace avec de l’humour. Tu pourrais par exemple dire : « entre nous, avec tout ce dont on vient de discuter, qui mieux que moi pourrait remplir cette fonction ? Je signe où ? », dans le cas évidemment où tout s’est très bien passé au préalable ! Crois-moi ça fonctionne !

QUESTION #5 : EST-CE QUE TU AS DES QUESTIONS ?

Dernière des questions d’entretiens hyper classiques : est-ce que tu as des questions ?

Ne jamais, jamais, jamais répondre : NON ! Répondre NON à cette question c’est synonyme d’un manque d’intérêt total pour :

  1. La personne qui est en face de toi
  2. L’entreprise
  3. La fonction en elle-même

On en a déjà parler sur notre BLOG. Bref, étant donné que tu pourrais avoir 10 000 questions et que tu n’en poses aucune cela montre clairement que tu n’es là que pour le salaire. Il n’y a évidemment rien de mal à ça, mais fais semblant !

Prépare au moins deux ou trois questions pour chaque entretien, en fonction des recherches que tu as pu faire sur le poste, l’entreprise, etc. L’idée c’est qu’une fois arrivé à la fin de ton entretien, tu puisses une nouvelle fois montrer que tu es très motivé(e) pour intégrer cette position !

QU'EST-CE QUE TU ATTENDS POUR TE PRÉPARER TON ENTRETIEN D'EMBAUCHE ?

Tu as en moyenne 30 secondes pour convaincre un recruteur avec ton CV. Ne gâche pas cette chance en passant à coté de ton entretien !
SAMI GUERN.
Fondateur de PostulePourMe
Publié par Laisser un commentaire

Quel moteur de recherche emploi ?

Quel moteur de recherche emploi ?

Tu as tout préparé. Ton CV et ta lettre de motivation sont au maximum de ce que tu peux fournir en termes de résultats (si ce n’est pas le cas rendez-vous ici) et tu t’apprêtes à te poser tranquillement devant ton ordinateur pour commencer enfin à postuler en ligne ? La question ? Par où commencer ?

Entre les sites carrière entreprise, les moteurs de recherches spécialisés, les moteurs de recherche généralistes et désormais les groupes Facebook dédiés à l’emploi tu ne sais pas vraiment où donner de la tête, et c’est bien normal ! Je vais t’apporter dans cet article quelques pistes qui pourront t’aider à te focaliser pour optimiser tes recherches et ainsi t’économiser un temps précieux ! Le temps en recrutement c’est de l’argent ! Plus tôt tu décroches ton prochain emploi, plus tôt ton salaire arrivera dans ta poche : c’est aussi simple que ça. Tu es prêt(e) ? Alors c’est parti !

Avant de rentrer dans le dur du sujet, il va falloir dés le départ que tu te fixes un ou plusieurs intitulés de postes que tu aimerais intégrer. L’objectif une nouvelle fois c’est de te servir au maximum de la puissance des moteurs de recherche d’emploi en leur fournissant, le plus de détails possible sur ce que tu recherches. Les moteurs de recherche d’emploi fonctionnent exactement de la même manière que le moteur de recherche Google : si tu cherches quelque chose de trop vague, tu auras des résultats tout aussi vagues ! Donc avant de les utiliser, écrit noir sur blanc quel(s) poste(s) tu  voudrais intégrer et si possible tout ce qui tourne autour : salaire, type de contrat, temps plein ou partiel … En affinant ta recherche tu pourras réellement bénéficier de la puissance des moteurs de recherche emploi. Pour t’aider dans ta recherche, voici une liste non exhaustive des moteurs de recherche qui pourront t’aider à trouver le poste de tes rêves !

Partie I : les moteurs de recherche emploi généralistes

Présent dans 71 pays et utilisé dans 24 langues, Jooble est un moteur de recherche incontournable lorsqu’il s’agit de votre prochaine recherche d’emploi. Facile d’accès et simple d’utilisation, tu pourras t’appuyer sur plus de 600 000 offres d’emploi pour être sûr(e) de trouver la tienne !

Indeed est la référence du recrutement en France et à l’étranger et compte une multitude d’options que tu pourras utiliser pour concentrer tes recherches. De par sa taille, Indeed peut parfois contenir des offres qui ne sont plus à jour et tu pourras te retrouver à postuler pour des postes qui ont déjà été pourvus. Un conseil donc, évite toutes les offres ayant été postées il y a plus de 20 jours.

Les recruteurs sur Monster sont très réactifs à la nouveauté. Lorsque tu y posteras ton CV et que ton profil est plutôt recherché, tu pourras t’attendre à recevoir quelques coups de fils sous quelques jours ce qui te permettra de déjà mettre le pied à l’étrier.

Très utilisé des employeurs, l’APEC recense aussi beaucoup d’offres à jour que tu recherches un poste de cadre ou pas. Appuyé par des dizaines de centres APEC physiques, en plus d’être un moteur de recherche emploi, l’APEC accompagne et forme aussi des centaines de candidats par an pour les aider à remplir leur objectif professionnel.

Spécifiquement dédié aux cadres, CadreEmploi possède d’énormes ressources sur tout type de secteur et t’aidera à aller de l’avant sur tu vises actuellement un poste de cadre au minium.

Partie II : les moteurs de recherche emploi spécialisés

Si tu penses que les moteurs de recherche d’emploi généraliste sont du coup « trop généraliste » tu pourras te reporter aux moteurs dits spécialisés pour faire tes recherches d’emploi.

Si tu vises le secteur de la technologie ou de l’informatique en général, HireFirst pourra t’aider à trouver ta prochaine perle rare. HireFirst s’est notamment chargé du recrutement pour des groupes comme #Dailymotion, #LeBonCoin, la #FDJ …

Même s’il s’agit d’une spécialisation « régionale », ParisJob s’adresse à toutes les personnes dans ou autour de Paris pour leur proposer un moteur de recherche d’emploi qui sera dès lors focalisé sur la région parisienne et vous permettra de focaliser d’autant plus vos recherches !

Si tu vises le secteur de la santé en général alors SatffSanté est le moteur de recherche à privilégier pour ta recherche d’emploi sur toute la France. Que tu recherches une région en particulier, une structure ou encore mieux un métier très précis, StaffSanté s’appuiera sur son immense réseau pour te donner les dernières offres postées.

Tu t’en rends bien compte, les moteurs de recherche d’emploi, qu’ils soient généralistes ou spécialisés sont des excellents outils pour tes recherches et surtout pour te permettre d’avoir accès à des dizaines et des dizaines d’offres à travers une seule et unique recherche. Souviens-toi néanmoins qu’au-delà des moteurs de recherche tu pourras aussi t’appuyer sur d’autres outils que tu utilises au quotidien comme les réseaux, qu’ils soient en ligne ou en physique.

Partie III : les moteurs de recherche emploi, mais pas que !

Réseaux sociaux en ligne

Les réseaux sociaux prennent une part de plus en plus grande dans les questions de recrutement et tu pourras facilement trouver des dizaines voir des centaines de groupes sur Facebook par exemple dédiées au partage des offres d’emploi sur une ville en particulier ou sur un secteur en particulier. Nous avions aussi souligné l’importance de LinkedIn dans cet article, mais il est bon de rappeler qu’il représente pour les recruteurs le moteur de recherche de candidats par excellence. Assure-toi donc d’avoir un profil qui soit à jour, mais surtout qui laisse paraitre que tu es actuellement en recherche active (activer l’option sur ton profil).

Réseaux sociaux en physique

Internet c’est bien, mais très souvent, la prochaine opportunité se trouve déjà dans ton entourage.  En t’appuyant sur les personnes que tu côtoye ou que tu as côtoyé t’ouvres là aussi la porte à d’autres opportunités qui seront généralement plus puissantes du simple fait que tu puisses être recommandé par cette connaissance. À toi donc de faire le premier pas et de contacter ton réseau pour savoir si l’un d’eux à la clé de ton succès !

Publié par Laisser un commentaire

Coronavirus : la situation côté professionnel

CORONAVIRUS : LA SITUATION CÔTÉ PROFESSIONNEL

En pleine pandémie, le gouvernement actuel prend la mesure de ce qui est en train de se passer et opère d’ores et déjà des mesures drastiques pour réduire l’impact sur la sphère professionnelle (et à fortiori économique) de cette épidémie généralisée et sans précédent. Si nous nous attachons régulièrement à aider les personnes en recherche d’emploi ou en recherche de nouvelles opportunités, nous avons voulu détailler au sein de cet article les mesures phares prises par le gouvernement concernant les personnes déjà en poste et qui s’inquiètent de ce que seront les prochaines semaines (voir les prochains mois) concernant leur emploi actuel.

« Nous sommes en guerre » a martelé à 6 reprises, Lundi 16 Mars, le président de la République Emmanuel Macron. Les mesures de confinement énoncées par le gouvernement hier ne t’auront pas échappé ! Il t’est désormais impossible de sortir de chez toi sauf pour aller faire tes courses, aller voir le médecin ou encore si le travail de la maison n’est pas envisageable dans ton cas. Attention à bien avoir sur toi une autorisation lorsque cela est nécessaire. C’est d’ailleurs pas moins de 4000 contraventions qui ont été émises sur les journées de Mardi 17 et Mercredi 18 à l’encontre des personnes ayant enfreint la loi. Pour revenir sur le sujet qui nous intéresse, l’état s’est engagé auprès des entreprises à fournir un appui solide pour pallier à une éventuelle récession économique, qui ne ferait qu’accentuer la situation de crise que connait la France aujourd’hui.

SI TU PEUX RESTER CHEZ TOI, RESTE CHEZ TOI !

Dans le cas où le télétravail est envisageable au sein de ton entreprise, il apparait logique que tu puisses y recourir pour éviter la propagation du virus. Si l’entreprise ne te l’a pas déjà proposé, tu peux le demander et donc demander les outils nécessaires (ordinateur par exemple) pour faciliter le travail à domicile. En moyenne, selon une étude de l’IFOP menée en 2018, le télétravail en …

#ResteChezToi

… France serait pratiqué par plus de 25% des salariés du secteur privé. On se doute bien qu’avec la crise actuelle ce nombre devrait exploser ! Twitter s’en donne à cœur joie avec le hashtag #ResteChezToiBordel relayé par ce groupe d’infirmiers exaspérés du comportement d’une partie de la population se dirigeant automatiquement vers les hôpitaux sans forcément y réfléchir à deux fois.

80% DU SALAIRE SANS ALLER AU TRAVAIL

Pour les employés à domicile contraint de rester chez eux (par mesure de confinement ou parce que l’employeur aura décidé de suspendre le contrat de travail), l’état garantira la rémunération du salarié à hauteur de 80% sans que celui-ci ait besoin de se déplacer. Pour rappel, le travail à domicile concerne plus de 2 millions de personnes en France ! Parmi elles, près de la moitié assiste des personnes âgées dont le sort ne sera précisé que d’ici quelques jours. (Les Echos)

LA GARDE D'ENFANT DE MOINS DE 16 ANS

Suite aux nombreuses fermetures d’écoles, beaucoup de parents seront dans l’obligation de rester à la maison pour garder les plus jeunes et pourront dans ce cas bénéficier d’un arrêt de travail sans avoir besoin de se déplacer chez le médecin ! Cet arrêt n’inclut pas de jour de carence et pourra de fait s’étaler sur au moins 14 jours renouvelables : « il leur suffit de fournir à leur employeur une attestation sur l’honneur dans laquelle on s’engage à être le seul parent qui demande un arrêt de travail. C’est ensuite à l’employeur de remplir une déclaration sur le site de la sécurité sociale. Il n’y a donc pas besoin d’aller voir son médecin traitant » (France Bleu). Un dispositif spécial a été mis en place pour le personnel hospitalier dont les enfants pourront bénéficier d’une garderie  au sein de leur école.

CHÔMAGE PARTIEL POUR LES ENTREPRISES LES PLUS TOUCHÉES

Les employeurs les plus affectés par la crise actuelle pourront décider de mettre leurs collaborateurs en chômage partiel en suivant une procédure en ligne, mais aussi bénéficier de plus de flexibilité dans la gestion de leur comptabilité incluant entre autre :

  • Un report de charge
  • Un différé des remboursements bancaires
  • Une suspension des factures liées au fonctionnement de l’entreprise

L’idée est de pouvoir soutenir les entreprises françaises au moment où elles en ont le plus besoin !

LE PÔLE EMPLOI S'ORGANISE AUSSI

Le pôle emploi annule la plupart de ses rendez-vous physiques jusqu’à nouvel ordre et demande aux demandeurs d’emploi de privilégier le téléphone ou les mails désormais ! Les ateliers et formations sont eux aussi annulés pour l’heure et la plupart des agences resteront fermées comme l’indique  le journal Libération . Pour plus d’informations rendez-vous directement sur le site du Pôle Emploi.


Nous continuons de répondre à vos question sur candidateforme@gmail.com

Publié par Laisser un commentaire

Tu postules en ligne ? McDonald’s, la Poste ou encore la SNCF … 3 cas concrets pour augmenter tes chances d’intégrer ces entreprises !

Tu as pu comprendre au fur et à mesure de nos articles, l’importance d’avoir un CV qui soit parfait en tout point lorsque tu postules en ligne ? La même réflexion s’applique pour la lettre de motivation, mais nous verrons plus tard comment faire en sorte qu’elle aussi, soit à la hauteur des attentes de ton recruteur. En attendant, et pour faire en sorte que ton recrutement se déroule le plus simplement et le plus efficacement possible, nous allons voir en détail les points clés à ne surtout pas manquer/oublier lorsque tu souhaites intégrer l’une de ces trois entreprises. McDonald’s, la Poste ou encore la SNCF font partie des entreprises les plus emblématiques du territoire français lorsque l’on pense au  recrutement, mais tu conviendras que ces mêmes méthodes/techniques pourront s’appliquer à beaucoup d’entreprises du même secteur !

Pour commencer avec la plus américaine des entreprises, essayons de comprendre comment « postuler au McDo » le plus efficacement possible !

Postuler au McDo

Postuler dans le McDo le plus proche de chez toi peut se révéler être une excellente idée principalement si tu es étudiant. Effectivement, cumuler un « job étudiant » en plus de tes études se révèle dans la plupart des cas un bon investissement, car tu gagneras en maturité et en indépendance financière évidemment. Pas besoin d’avoir faire de grandes études ni d’être passé par une dizaine d’entreprises avant d’intégrer McDonald’s, tu pourras très facilement y trouver ta place, car le turnover y est important, et donc le recrutement facilité. Fais bien attention aux deux points mentionnés plus bas pour être sûr de ne pas rater ta candidature au sein de McDonald’s !

TA CANDIDATURE

On aime bien le répéter, mais ton CV doit être parfait ! Tant sur la forme que sur le fond. En présentant un CV propre et plutôt complet, tu indiques au premier abord au recruteur que tu es une personne sérieuse et c’est un signe pour ton employeur qui pensera qu’il pourra te faire confiance. Ensuite pour postuler concrètement tu as le choix de postuler directement en ligne ou en physique, mais nous te conseillons de faire les deux. Prend le temps d’aller dans le restaurant le plus proche de chez toi pour y déposer ton CV et discuter pourquoi pas avec le responsable déjà sur place. Si tu veux postuler chez McDo et dans la restauration en général, il va falloir que tu mettes bien l’accent sur ta facilité à communiquer avec des clients en soulignant certaines expériences associatives de ton parcours scolaire ou encore certains sports dans lesquels tu t’es investi en dehors de l’école. Ton employeur sera dès lors rassuré en sachant qu’il pourra aussi bien te mettre aux fourneaux qu’à la caisse.

TES ENTRETIENS

Souris ! Travailler chez McDonald’s c’est d’abord servir des clients donc pendant tes entretiens fait bien attention à sourire, être poli, avoir une intonation vive et pourquoi pas être proactif sur les questions qu’il ou elle sera amené(e) à te poser. Souligne le plaisir que tu as à communiquer avec les personnes qui t’entourent, mais le point le plus important au sein de n’importe quelle chaine de restauration c’est l’hygiène ! Il est important que tu sois le premier à en parler pendant tes entretiens afin de montrer que tu sais exactement ce sur quoi tu seras intransigeant ! En respectant ces quelques pistes, tu augmenteras forcément les chances de te faire rappeler pour signer ton prochain contrat de travail, et peut-être le premier !

Postuler à la poste

TA CANDIDATURE

En postulant à la poste, ton CV doit refléter l’état d’esprit de l’entreprise. Organisé, propre et évidemment à la page ! La Poste a depuis plusieurs années maintenant, amorcé un changement d’image et de communication pour se rapprocher de plus en plus de ce qui est « tendance ». En plus, d’être organisé, propre et pertinent, ton CV pourra aussi comporter des couleurs qui rappelle pourquoi pas celle de la poste et qui attirera forcément l’œil de la personne qui le consultera. N’oublie pas cependant de rester sobre et relativement neutre. Le tout est de ne laisser personne indifférent lorsque tu souhaites postuler en ligne ou en physique. Sur ce point d’ailleurs, et de manière identique à ce qui peut se voir dans la restauration, n’hésite pas d’abord à postuler en ligne pour ensuite déposer, dans les postes les plus proches de chez toi ton CV afin d’augmenter tes chances d’être rappelé.

TES ENTRETIENS

Les questions posées au sein de la Poste sont généralement assez standardisées.

  • Présentez-vous …
  • Pourquoi la Poste ?
  • Qu’est-ce qu’une journée type selon vous au sein de la Poste ?
  • Comment gérez-vous l’imprévu ?

Ces questions d’ordre général peuvent déstabiliser, mais sont là avant tout pour tester ta personnalité et la façon dont tu pourras te comporter en groupe. Effectivement, travailler à la poste c’est d’abord travailler en groupe donc n’hésite pas à mettre l’accent sur la facilité que tu as à échanger, à communiquer, etc. De plus, et comme tu peux t’en douter pour un service de livraison … la ponctualité est de rigueur ! Donc ne rate pas le coche à l’entretien en arrivant en retard, au contraire prévoit d’arriver 5 à 10min plus tôt pour laisser le temps à ton potentiel futur employer de se préparer.

Postuler à la SNCF

Si tu souhaites postuler à la SNCF, il va falloir que tu saches exactement où tu mets les pieds. Avec pas loin de 150 métiers au sein de cette entreprise, il faut que tu sois le plus précis possible afin d’éviter de t’éparpiller et donc perdre un temps précieux. Car avant de savoir comment postuler à la SNCF il faut savoir quel poste tu comptes occuper au sein de cette entreprise de plus de 200 000 collaborateurs. Pour cela, SNCF te fournit un petit outil sous forme de QUIZ qui pourra t’aider à te focaliser.

TA CANDIDATURE

Postuler pour la SNCF se fera majoritairement en ligne donc il faut que ton CV et ta lettre de motivation mettent en avant l’attrait que tu peux avoir pour cette entreprise. Qu’il s’agisse d’un poste intérieur, en bureau par exemple, ou alors en extérieur comme agent d’entretien des voies ferrées, il faut que tu soulignes que si tu postules chez la SNCF aujourd’hui c’est d’abord parce que tu aimerais faire partie d’un groupe qui a pour vocation à servir les usagers au quotidien.

TES ENTRETIENS

Les entretiens au sein de la SNCF comportent dans beaucoup de cas des tests psychotechniques dont n’hésite pas à consulter internet pour savoir comment t’y préparer pour ne pas être surpris le jour de la convocation. De ce que l’on peut voir aussi, le reste semble relativement classique avec les questions habituelles : parle-moi de toi, de ton parcours, pourquoi la SNCF, etc.

Tu l’auras compris, adapte-toi à l’entreprise au sein de laquelle tu postules. Postuler chez McDonald’s, la Poste ou la SNCF peut se révéler  être une réelle opportunité pour peu que tu t’y prennes correctement. Voici un tableau récapitulatif de ce à quoi tu devras faire attention au sein de ces trois entreprises !

N’hésite pas à me dire en commentaire au sein de quelle entreprise tu souhaites postuler afin que le prochain article te soit dédié en accentuant sur les aspects à mettre en avant pour ton entreprise !