fbpx

RÉSEAUX SOCIAUX ET RECRUTEMENT ? QUEL RAPPORT ?

Les réseaux sociaux dans leur globalité, qu’il s’agisse de Facebook, Twitter, Instagram et plus particulièrement LinkedIn pour les professionnels, prennent une place de plus en plus importante aujourd’hui. Ce n’est donc pas étonnant d’apprendre que les entreprises souhaitant recruter de nouvelles recrues aillent regarder sur ces plateformes la personne que vous êtes, ne serait que pour rassembler des informations qu’elles ne seraient pas à même d’obtenir pendant les entretiens.

Dans le milieu professionnel, les réseaux sociaux ne sont pas (plus) qu’un endroit où poster des photos et partager des moments marrants entre amis. Ils servent désormais en partie aux chasseurs de têtes à l’affût de nouveaux candidats en adéquation avec leurs propres filtres. On pense par exemple à LinkedIn qui reste la plateforme préférée des chasseurs de têtes par son aspect professionnel en premier lieu.

Selon une enquête menée par CareerBuilder, 70% des entreprises interrogées utilisent les réseaux sociaux pour avoir pendant le processus de recrutement, ne serait-ce qu’un aperçu de la personne que vous êtes en dehors de l’entreprise. En comparaison, 43% des personnes interrogées utilisent les réseaux pour regarder ce que font leurs collègues au quotidien.

Puisque l’on sait désormais que les entreprises utilisent les réseaux, autant mettre toutes les chances de ton côté en optimisant au mieux tes profils sur chacune des plateformes. Cet article abordera quelques faits majeurs à connaitre pour comprendre comment les entreprises analysent les profils pour leurs prochaines nouvelles recrues, l’objectif étant généralement d’être sûr que la personne que rejoindra ladite entreprise est en adéquation avec un état d’esprit « business ».

« Parce que les gens ont tendance a considéré leurs réseaux sociaux comme étant « personnel », il y a de grandes chances pour entrevoir la personnalité du candidat qui se cache derrière le CV en observant simplement ses profils » DeeAnn Sims, fondateur de Dark Horse PR.

Step #1 : Fais un audit de tes comptes et donne-toi plus de chances !

Avant de commencer tes candidatures, il est temps de faire un tour sur tes réseaux et de voir ce qui va et surtout ce qui ne va pas ! Qu’est-ce que tu ne voudrais pas que ton futur employeur voit ? Qu’est-ce que tu voudrais mettre avant ? Comment voudrais-tu paraitre aux yeux de ta prochaine équipe ? Tu dois garder en tête que les recruteurs peuvent regarder tes profils, et s’ils le peuvent ils le feront. Commence en priorité par LinkedIn qui reste la plateforme sociale préférée des professionnels.

D’ailleurs par ordre d’importance, les recruteurs auront tendance à « checker » d’abord LinkedIn, puis Twitter et enfin Facebook. Beaucoup d’entreprises choisissent d’ailleurs aujourd’hui de faire le choix du profil LinkedIn plutôt que le CV même si des différences subsistent comme le mentionne cette étude Randstad. Plus complet, plus détaillé et au final plus joli (pour peu qu’on y mette du sien), ton profil LinkedIn deviendra avec les années ton outil de référence pour tes futures candidatures. Il doit donc être d’une part professionnel et dans un second temps optimisé au maximum.

Step #2 : Ton profil LinkedIn : une importance redoutable !

Approximativement tous les recruteurs diront la même chose. S’ils ne sont pas capables de trouver ton profil en ligne, tu auras moins de chance d’être appelé en entretien. C’est d’autant plus vrai si tu vises des secteurs où la norme veut que tu aies un profil LinkedIn. C’est alors un problème concret pour les personnes qui ne sont pas présentes numériquement sur internet ou qui peine à utiliser ces outils devenus désormais indispensables. Leurs chances sont effectivement revues à la baisse. Parallèlement à ça, si tu arrive à te créer un vrai profil et à sortir du lot alors dans ce cas, tes chances viennent quant à elles de grimper exponentiellement. Cela facilite dans la plupart du temps le travail des départements RH. Apprends comment optimiser au mieux ton profil LinkedIn ICI !

Step #3 : Une présence pour confirmer tes informations

Les entreprises ne se contentent plus désormais de vérifier les informations du candidat via des appels téléphoniques ou encore des tests de personnalité. Elles utilisent maintenant les réseaux sociaux pour ça ! T’es une personne relativement active sur les réseaux et sur tout CV tu dis que tu as travaillé 6 mois dans une ONG sans qu’une seule photo ou un seul commentaire puisse le prouver … Il y a de quoi se poser des questions non ? Les informations qui d’usage étaient privées sont désormais (pour la majeure partie) publique à qui veut bien passer un peu de temps sur la toile !

Dans l’idéal donc, et pour éviter tout malentendu, il vaudrait mieux que ton profil « match » avec ton CV afin de ne laisser planer aucun doute. Il faut que tu sois en mesure de rassurer le plus possible le recruteur sur les arguments que tu avances dans ton CV. Tu dis par exemple que tu aimes le challenge ? Très bien, dans ce cas je devrais pouvoir facilement retrouver cet aspect de ta personnalité au travers d’un sport par exemple.

Step #4 : Ton « online persona », la clé du ton succès futur !

Au-delà du simple fait de rechercher des informations sur toi, les entreprises tentent désormais de cibler ta personnalité et surtout vérifier si tu es « business compliant or not ». Est-ce que tu as un comportement professionnel de manière générale ? Avec les nouvelles politiques de réputation imposées par les entreprises, il est de plus en plus difficile pour ces dernières de tolérer des écarts. Que ce soit avant le recrutement ou pendant ton exercice au sein de l’entreprise en question, ton comportement doit refléter les valeurs de l’entreprise. Pratique commune dans les pays anglo-saxons, les entreprises sont dorénavant parfaitement en droit de se séparer d’un employé devenu trop gênant « socialement » comme le témoigne l’histoire de cet ex-employé de Prudential, une compagnie américaine, licencié pour avoir publiquement  dit sur Instagram « Retourne à Wuhan » à une star des réseaux sociaux coréenne. Même si on est en droit de se dire que les réseaux sociaux ne devraient en rien interférer avec le monde professionnel, dans les faits ce n’est pas ce qui est vérifié !

Step #5 : Réfléchis avant de partager !

Une fois que tu publies quelque chose sur internet, c’est public. Bon courage à toi si tu changes d’avis et que tu te rétractes. Internet est sans pitié. Tous ce que tu fais et ce que tu as fait sur internet et identifiable et une personne malintentionnée pourra mettre la main dessus avec un peu de motivation.

À l’inverse, si tu souhaites ajouter de l’information pertinente qu’elle soit d’ordre professionnel (sur linkedIn par exemple) ou privé alors dans ce cas là n’hésite pas ! Les entreprises proposent d’ailleurs désormais des formations complète sur la gestion des réseaux sociaux dans la vie de tous les jours ne serait-ce que pour s’assurer que les employés restent raisonnables et ne mettent pas en péril la réputation de l’entreprise en question. Dans le secteur bancaire par exemple, où la réputation est une question existentielle, les grandes banques d’investissement refusent de voir leur nom associé à un fait divers lié à un de leurs employés.

Step #6 : Egalité des chances dans le processus de recrutement

A notre époque qui est celle des réseaux sociaux, des partages, des likes et autres …  Il est sûr que ne pas avoir de présence numérique pose problème. Pourtant beaucoup sont ceux qui ne peuvent se le permettre ou qui n’ont pas accès à suffisamment d’informations/moyens pour créer une vraie présence sociale sur internet. Ça soulève dès lors la question de l’égalité des chances surtout quand on sait que pour beaucoup de secteurs, si un candidat n’est pas présent numériquement, il a drastiquement moins de chances d’être appelé en entretien.

Au bout du compte : un vrai plus. Selon une étude menée par le business new daily, 65% des entreprises qui utilisent les réseaux le font, non pas pour trouver des raisons de ne pas prendre ledit candidat, mais au contraire pour trouver des arguments en faveur de sa candidature. L’idée pour ces derniers est simplement d’ajouter une dernière étape qui les conforterait dans leur choix de TE recruter ! 40% des managers rapportent qu’ils trouvent généralement des informations qui peuvent être utiles et qui appuient les dires du candidat en question.

Conclusion

Que tu les aimes ou pas, les réseaux sociaux font désormais partie de la sphère professionnelle. Cela signifie qu’une plus grande attention doit être portée aux contenus que tu décides de partager, d’aimer, de commenter, etc. Facebook et LinkedIn font partie des réseaux de prédilections des recruteurs, car ils permettent simplement et plutôt rapidement de faire le tour de ton profil et ta personnalité. L’idée pour eux est d’avoir des informations plus personnelles sur toi pour appuyer, dans la majeure partie des cas, ta candidature auprès des opérationnels qui seront à même de rendre une décision finale.  Que tu sois en train de postuler ou que tu commences à peine, il est temps de te plonger dans tes réseaux pour t’assurer que rien de compromettant ne puisse mettre ta candidature en péril. À toi de jouer !